Choisir sa batterie automobile

Choisir sa batterie automobile

Indispensable pour démarrer votre voiture ou camionnette, apprenez les points essentiels à prendre en considération pour bien choisir votre batterie. Découvrez également comment entretenir votre batterie pour augmenter sa durée de vie et bien réagir en cas de panne.



Sommaire

  1. Qu’est-ce qu’une batterie ?
  2. Comment choisir ma batterie ?
  3. Entretenir et préserver sa batterie
  4. En cas de panne
  5. Le remplacement
  6. Recyclage
  7. La petite histoire…



Qu’est-ce qu’une batterie ?

Une batterie est un générateur de courant chimique, en effet une réaction chimique produit une tension à ces bornes qui permet à travers un récepteur électrique (par exemple un démarreur) de générer un courant. Un alternateur, par exemple, produit de l’électricité à partir d’une force mécanique. Contrairement à la croyance populaire tenace, une batterie ne stocke pas d’électricité (seuls les condensateurs le peuvent) elle en génère !. 

Les batteries standard des automobiles sont au plomb, elles doivent être capables de produire une grosse quantité de courant pendant un laps de temps très court. Il y a un pôle positif et négatif, le courant est du type continu. Ce sont des batteries rechargeables, dont les réactions électrochimiques ne sont pas irréversibles contrairement aux batteries « jetables ».

Elles sont constituées de plusieurs accumulateurs au plomb reliés en série (une batterie d’accumulateurs, d’où le nom) et plongées dans un bain d’électrolyse d’acide sulfurique dilué (60% d’eau et 40% d’acide sulfurique). Cette électrolyse, un milieu acide, peut être sous différentes forme (liquide, gel…). Chaque accumulateur donne 2.1 volts de tension et possède deux plaques, une pour le pôle positif et l’autre pour le négatif.

Par conséquent c’est le nombre d’accumulateurs qui donne la tension. Pour une batterie avec une tension de 12 volts, il faut donc 6 accumulateurs, pour une tension de 24 volts il faudrait 12 accumulateurs. 

Durant la décharge (consommation de courant) d’une batterie, les différences chimiques entre les plaques positives et négatives s’estompent, plus ce phénomène progresse moins la batterie pourra fournir de courant et de tension. Pendant la charge (moteur qui fonctionne ou avec un chargeur) le phénomène inverse ce produit, avec un dégagement d’hydrogène et d’oxygène à la clé, un gaz hautement inflammable et une consommation de l’électrolyte. Ce mélange de gaz est un comburant et un combustible, voila pourquoi avec la moindre étincelle la combustion est assurée !.

Comment choisir ma batterie ?

Une batterie se choisit en fonction de :

  1. sa capacité, mentionnée en Ah pour ampère-heure désigne la capacité à fournir des besoins en courant permanent à l’appareillage électrique et électronique de l’automobile. Plus cette valeur est élevée, plus il y a de marge pour réussir à démarrer un moteur ou pour alimenter des appareils.
  2. l’intensité de crête ou de démarrage, mentionnée en A pour ampère, c’est l’intensité maximale que peut fournir la batterie pendant un court laps de temps. Plus le moteur est volumineux, plus il est dur à démarrer du fait de l’inertie plus grande, plus il faut une intensité élevée pour alimenter le démarreur.

Bien entendu la taille des batteries est en rapport avec ces deux paramètres. Vous trouverez ces indications au niveau du compartiment moteur, sur l’ancienne batterie ou sur le manuel de l’automobile ou encore en se renseignant auprès du constructeur.

Vous ne pouvez pas opter pour une batterie avec une capacité et une intensité de démarrage  inférieure, par contre aucun problème pour des valeurs supérieures. Le risque de décharge sera plus faible, mais attention tout de même à vérifier que la taille de la batterie, normalement plus grande, n’excéde pas l’emplacement dédié dans le compartiment moteur.

Il existe des batteries au plomb :

  1. avec entretien, la batterie n’est pas étanche, on peut accéder, via des bouchons, à l’électrolyte pour faire l’appoint d’eau
  2. sans entretien, la batterie est étanche, scellée, le bain électrolyse est soit sous forme de gel (gel de silice+acide sulfurique) soit sous forme « solide » (une éponge de fibre verre+acide) .Vous n’avez pas d’appoint à faire, mais elle exige un minimum d’attention (voir plus bas sur l’entretien de sa batterie)

Comme pour bon nombre de choses, une batterie au plomb s’use même sans l’utiliser, elle se décharge aussi comme toutes les batteries, c’est l’autodécharge. Dans un environnement chaud, ces phénomènes sont accélérés, donc prenez en compte ces paramètres lors de l’achat (poussière en quantité, étiquette vieille…). Une mise en charge avant la première utilisation, avec un chargeur adapté, est même préférable.

Les voitures dotées d’un système de démarrage et arrêt automatique, le Stop and Start, qui permet d’économiser du carburant, ont une batterie spécifique. En effet les nombreux démarrages sollicitent énormément la batterie. Ces batteries au plomb, plus chères, se nomment AGM (Absorbent Glas Mat)ou encore EFB (Enhanced Flooded Battery).

Batterie au plomb EFB Varta Blue Dynamic
Batterie au plomb EFB Varta Blue Dynamic – Source img varta-automotive

Entretenir et préserver sa batterie

Pour préserver la durée de vie d’une batterie au plomb, Il faut surtout conserver une bonne charge, voir une charge complète. Ce sont des batteries qui ne supportent pas la décharge, cela affecte leur durée de vie à chaque fois, même si la recharge est faite rapidement. Si vous laissez une batterie au plomb décharger longtemps, les panneaux vont se sulfater ou se cristalliser, ce qui les rend inopérants.

Quant la batterie est sulfatée, il est possible avec un chargeur spécial, de régénérer la batterie, contrairement quand elle est oxydée. Ce chargeur a travers des impulsions électriques de forte intensité, diffusés selon la batterie, pendant une période plus ou moins longues, la “désulfate”. Des entreprises proposent ce service un peu partout en France. Mon conseil, tous les 4 à 6 mois réaliser une charge complète avec un chargeur, si vous faites en majorité des petits trajets. Si vous faites essentiellement des longs trajets en autoroute, ce n’est pas la peine.

Les batteries sans entretien ou avec entretien, doivent être chargées avec chargeur spécifique qui délivre des tensions adaptées, au bon moment. Choisissez plutôt des chargeurs de qualité, contrairement au premier prix, ils sont fiables et durables et possèdent des programmes de charge automatiques. Attention les batteries sans entretien ne doivent pas être en surcharge de manière trop fréquente, l’électrolyte finit par s’assécher, rendant inopérante votre batterie.

Veiller pour une batterie ouverte (avec entretien) à maintenir un niveau d’eau suffisant. Plus le niveau d’électrolyte est bas, plus la batterie perdra de la capacité, moins l’intensité maximale possible sera élevée. De plus les accumulateurs vont s’oxyder du fait de leur mise à l’air libre. La proportion d’eau baissant mécaniquement le taux d’acide augmente, la solution va finir par attaquer les accumulateurs, en résumé la batterie au plomb s’abime !.

Si vous devez faire l’appoint d’eau, utiliser uniquement de l’eau déminéralisée, de plus il faut impérativement faire l’appoint batterie chargée complètement. En effet quand la batterie charge, l’électrolyte (l’eau et l’acide) augmente, donc va déborder si le niveau était au maximum au moment du début de la charge. Cette solution acide en s’écoulant  dans le compartiment moteur va attaquer la peinture et le métal, cela serait dommage, non ?.

L’eau peu s’évaporer contrairement à l’acide sulfurique, donc il ne faut pas rajouter d’acide. La seule raison qui pourrait l’exiger, c’est dans le cas ou de l’électrolyte serait verser à l’extérieur (quelle que soit la raison). A ce moment là de l’acide serait perdu, il faudrait rajouter 40% du volume perdu en acide. Prenez toutes les précautions de protections nécessaires dans le cas où vous manipulez de l’acide sulfurique, c’est dangereux.

Pour économiser la charge de votre batterie, vous pouvez diminuer la difficulté de démarrage, et donc l’énergie nécessaire, en débrayant avant de démarrer. L’hiver est la période où les batteries sont les plus sollicitées, cela vient de la résistance électrique interne qui augmente avec l’abaissement de la température.

Par temps froid, si votre voiture reste dehors, l’astuce pour diminuer cette résistance interne, est de réchauffer la batterie. Elle pourra comme cela délivrer plus de courant et donc faciliter le démarrage. Il suffit de mettre les phares plusieurs secondes ou encore d’utiliser par exemple l’allume-cigare avant de démarrer, pour réchauffer l’intérieur de la batterie du fait du débit de courant.

Veillez à la bonne fixation des cosses, pour éviter la création d’une surchauffe voire d’un incendie !. Maintenir un bon graissage (avec de la graisse neutre) également pour éviter le sulfate ou encore l’oxydation qui augmente la résistance électrique. S’il y a du sulfate utiliser de l’eau chaude pour l’enlever, en faisant très attention à récupérer les coulures, car le liquide est corrosif.

En cas de panne

Si la batterie n’est pas en court-circuit, vous pouvez soit :

  1. utilisez des câbles adaptés (forte section, généralement 25 mm2) et les brancher à la batterie d’un autre véhicule. Le véhicule doit avoir le moteur en marche et avec un régime augmenté au moment de la tentative de démarrage. Sur certains véhicules cela ne suffit pas, à cause d’un manque de puissance.
  2. Utilisez un booster de démarrage suffisamment puissant qui va délivrer un fort courant instantané, pour permettre le démarrage. Vous aurez quelques tentatives.
  3. Le démarrage en descente ou en poussant, attention c’est assez délicat. Débrayer et passer la première vitesse, ensuite lâcher le frein à main et pendant que la voiture roule embrayez, le moteur devrait démarrer.

Si la batterie est en court-circuit il faut la débrancher, cela met en défaut l’électronique !.

Le remplacement

Lorsque vous débranchez une batterie il faut commencer par le fil noir, le négatif, puis le fil rouge, le positif et inversement pour la remonter. Ceci pour des raisons de sécurité, plus précisément pour éviter un court-circuit. Le moins étant référencé au châssis, en commençant par le négatif et en finissant par le positif, l’outil où vous-même pouvez toucher le châssis sans problème lorsque que vous dévisserez le positif.

L’inverse créerait un court-circuit avec des conséquences qui peuvent aller jusqu’à un éclatement de la batterie par échauffement, avec projection d’acide et compagnie… . Pensez à graisser les bornes avec de la graisse neutre.

Sur les voitures modernes, bardé d’électroniques on ne peut plus débrancher « sauvagement » la batterie. Il faut suivre une procédure, pour cela consulter le mode d’emploi du constructeur.

Recyclage

Du fait des éléments toxiques qui les composent, ne pas les jeter à la poubelle ou pire dans la nature, le plomb et l’acide sulfurique qu’elles contiennent, finiraient par se répandre, avec des conséquences qui peuvent être très graves. Cela vaut pour toutes les autres batteries, Ni-MH (Nickel-Métal Hydrique) , Li-Ion (Lithium Ionique), alcaline, saline…etc , qui contiennent également des composés toxiques.

Les batteries doivent être déposées dans un centre de collecte ou dans une déchetterie. Selon le code de l’environnement, les distributeurs ont obligation de collecter les batteries usagées et les consommateurs sont obligés de les rapporter dans un centre de collecte ou chez un distributeur. Les magasins auto en tant que distributeur, sont par exemple des points de collecte possible.

Les meilleurs prix des batteries automobile chez Amazon

La petite histoire… 

La batterie au plomb, robuste et économique, est la première batterie à avoir vu le jour. C’est le Français Gaston Planté en 1859 qui a permis d’améliorer et d’inventer la batterie au plomb rechargeable.

En 1880, Camille Alphonse Faure, a fait évoluer la conception héritée de Gaston Planté à un point qui a permis d’améliorer fortement la capacité pour une taille donnée. Grâce à cette évolution, le temps était venu pour la fabrication à une échelle industrielle. Henri Tudor en 1882 corrigea le problème de fiabilité des accumulateurs améliorés par Camille Alphonse Faure, appelé système Tudor. En 1890 il créa la société anonyme franco-belge pour la fabrication de l’accumulateur Tudor,  qui deviendra plus tard la célèbre marque de batterie Tudor.

De nos jours c’est un type de batterie très utilisé dans le monde et sa fabrication au total utilise la plupart du plomb produit dans le monde. Les batteries au plomb continuent à s’améliorer progressivement, meilleure résistance à la décharge, capacité plus grande à volume égal, généralisation des batteries sans entretien, cosses anti sulfatage… .




Si vous avez apprécié ce guide sur les batteries automobile, merci de le partager sur Facebook, Twitter ou Printerest. Vous pouvez aussi le noter de 1 à 5 plus bas.

Bien ou pas ?
Total : 0 - Moyenne : 0

Jean-seb

Fondateur de Prix Web, autodidacte, curieux, passionné de nombreux domaines, j'ai acquis des connaissances solides dans des spécialités parfois hétérogènes. Je suis électricien industriel de formation, autodidacte en informatique. Ma spécialité en informatique c'est le développement web, SEO, la rédaction web, design web, également le montage, le paramétrage, le dépannage de PC et de NAS, le refroidissement extrême (watercooling, waterchiller). Je m’intéresse à de nombreux autres domaines cela va de l'anatomie, la physiologie et la nutrition humaine à la météorologie et la climatologie... . J'ai une passion pour le sport ou plutôt pour les sports nordiques. Je souhaite partager mon savoir et mon expérience sur les produits, activités et services du quotidien pour que vous puissiez mieux acheter et utiliser. Le site sera en perpétuelle évolution, bonne visite !.
Fermer le menu